LA ROSE

Il m’a donné cette chose
Je crois que c’est une rose
Je me pique de l’avoir aimé
C’est écrit dans ma chair damnée

Je suis là, pantelante
Devant cette fenêtre béante
A regarder cette chose
Seul objet de sa prose

Rose, mon souvenir de lui
Noires, mes pensées sans nuit
A broyer mon chagrin
De n’être que son béguin

Je voudrais être son amour
Enracinée à lui pour toujours
Telle l’épine à cette rose
Dont il ne me reste que l’ecchymose….

SG. 17/01/15

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»