LE LIEN

Amas de ferraille
Silence morbide après le drame
La neige recouvre l’entaille
La vie suspendue d’une âme ?

Un cri déchire le néant
Le cri de la vie, le cri de l’espoir
Le cri de la douleur, le cri rassurant
d’un homme coincé dans un mouroir

Ma voix pour seule garantie
Unique lien pour le sauver
Plus rien ne compte, à part sa vie
Vie en pointillés, peur d’échouer

Entre évanouissement et lucidité
Ton corps meurtri te fait souffrir
Ton bras broyé, écrasé, arraché ?
Dans ma tête, je crains le pire

Le temps s’écoule, une éternité
Au loin, j’entends les sirènes
Aide médicale assurée
Je dois partir, remplie de peine

Sur un lit blanc, je t’ai revu
En me voyant, tu as pleuré
En te voyant, j’étais émue
Et puis, on s’est raconté

Le lien de la voix a mué,
S’est ouvert comme une fleur
En un lien d’amitié
Au plus profond du coeur

Pour toute séquelle, je garderai
Comme injectée dans mon sang à vie
Ces quelques mots, tatoués….

Mon meilleur ami….

SG 05/02/09

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»